Decisions3.jpg

Que signifie la capacité de prendre de meilleures décisions pour vous et vos clients ?

Peu importe si notre regard porte sur la politique, l’économie ou la société, chaque jour semble apporter son lot de mauvaises prises de décisions. Jack Zenger et Joseph Folkman en ont récemment identifié les causes : la négligence, le manque d’anticipation, l’indécision et l’isolement. Est-ce que notre lecture quotidienne de fausses nouvelles, de faux fats et d’opinions manipulées est la cause ou le résultat de décisions contestables ? Que peut-on faire pour améliorer nos compétences sur la prise de décision dans nos organisations, pour nos clients et dans nos carrières ?

Peu importe si notre regard porte sur la politique, l’économie ou la société, chaque jour semble apporter son lot de mauvaises prises de décisions. Jack Zenger et Joseph Folkman en ont récemment identifié les causes : la négligence, le manque d’anticipation, l’indécision et l’isolement. Est-ce que notre lecture quotidienne de fausses nouvelles, de faux fats et d’opinions manipulées est la cause ou le résultat de décisions contestables ? Que peut-on faire pour améliorer nos compétences sur la prise de décision dans nos organisations, pour nos clients et dans nos carrières ?

Plutôt que traiter des données, prendre de meilleures décisions est l’objectif du management. Nous vivons dans une époque définies par l’omniprésence de données et de technologies d’information : nous avons produit plus de données durant les deux dernières années que précédemment dans toute l’histoire de l’humanité. Les économistes tel que Klaus Schwab suggèrent que nous sommes en présence d’une quatrième révolution industrielle dans laquelle la production économique et sociale sera conditionnée par notre habileté à capter et à analyser cette multitude de données.  Sans preuve du contraire, cette « révolution » de données n’a pas encore systématiquement produit des meilleures décisions, ni organisationnelles ni individuelles. La pratique de « Business Analytics » est la transformation des données en décisions individuelles et collectives pour faire face à nos défis politiques, économiques, et sociaux.

Qu’implique alors l’amélioration de la prise de décision ? Dans la science de management nous apprenons que les obstacles majeurs à l’amélioration de la prise de décision sont nos propres perceptions de la complexité, de l’ambiguïté et de l’incertitude de l’environnement dans lequel nous travaillons. Dans les sciences cognitives, on nous propose que nos idées reçues déforment la façon dont nous voyons à la fois le problème à résoudre et notre capacité à proposer des solutions innovantes. Dans les écoles de commerce, nous sommes formés à reconnaître différents types de problèmes en entreprise et à comprendre que chaque défi requiert une approche contextuelle qui ne peut être résolu d’une manière académique.

Dans bien de défis organisationnels, nous ressentons que ce n’est pas simplement nos propres décisions qui sont améliorables, mais celles prisent autour de nous. Bien que le « machine learning » soit souvent proposé comme une panacée, ce n’est rien de plus qu’un outil technologique qui peut être utilisé pour appréhender la nature des problèmes à résoudre. L’apprentissage supervisé représente un problème dans lequel nous savons que la réponse se trouve dans les données ; le défi est de comprendre comment en déduire la bonne réponse. L’apprentissage non supervisé couvre un second type de défi pour lequel la réponse n’est pas dans les données en nous pouvons déduire des réponses probables. Enfin, l’apprentissage semi-supervisé représente un troisième type de problème pour lequel nous nous essayons de calibrer notre processus de prise de décision afin de produire des résultats plus fiables. Dans tous les trois cas, les technologies d’information ne fournissent rien de plus qu’une loupe digitale pour s’interroger sur les défis autour de nous.

Comment la pratique du Business Analytics peut-elle nous aider à prendre de meilleures décisions ? Le domaine de Business Analytics comporte trois procédés conçues pour favoriser les meilleures décisions individuelles et collectives. Pour commencer, nous devons analyser notre environnement physique et digitale pour comprendre le type et la qualité des données à notre disposition. La seconde étape consiste à appliquer la bonne méthodologie en fonction du type de problème à résoudre (simple, complexe, déterministe, stochastique).  Finalement, la troisième étape implique la transformation des données en décisions qui motivent notre entourage à agir pour résoudre le problème. Le Business Analytics n’est pas un champ d’expertise, mais la pratique quotidienne de la façon dont nous utilisons au mieux les données dans la prise de décision managériale.

L’amélioration de la prise de décision managériale est l’objectif de notre institut de « Business Analytics ». Dans nos Masterclasses à Paris et en Europe, ainsi que notre école d’été à Bayonne, nous explorerons ensemble les méthodes et les pratiques qui peuvent améliorer la prise de décision dans votre organisation. L’institut se focalise sur cinq applications de la science de données en entreprise : entreprendre à l’âge digital, la prise de décision managériale, le machine learning, la gestion communautaire, et la communication visuelle. Développer la capacité de prendre de meilleures décisions peut faire la différence dans vos enjeux actuels et votre carrière future.

Merci à Pierre GOSSART pour son aide dans la traduction du billet original en anglais.

Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.